Actualités / Communiqués / Prix de la BD Québécoise

La Bombe, Prix de la critique ACBD de la BD québécoise 2020

L’ACBD, l’Association des critiques et journalistes de bande dessinée, a le plaisir de décerner le Prix de la critique ACBD de la bande dessinée québécoise 2020 à « La Bombe », du dessinateur québécois Denis Rodier et des scénaristes Didier Alcante et Laurent-Frédéric Bollée, édité chez Glénat.

L’ouvrage présente l’histoire de la bombe atomique, de la découverte de l’uranium jusqu’au 6 août 1945, jour où elle fut larguée sur Hiroshima. Véritable saga de quelque 450 pages, l’album raconte les coulisses et les personnages-clés de cet événement historique dont on commémore, en 2020, le 75e anniversaire. Des mines d’uranium du Katanga jusqu’au Japon, en passant par l’Allemagne, la Norvège, l’URSS et le Nouveau-Mexique, le lecteur découvre une succession de faits, de la science à la politique, de l’exceptionnel au quotidien.

Par ce Prix, l’ACBD souhaite ainsi reconnaître le travail exceptionnel du Québécois Denis Rodier dans la réalisation des 441 planches de l’album, aux côtés d’un scénario solide et richement documenté du Belge Didier Alcante et du Français Laurent-Frédéric Bollée. Le dessinateur y offre « un travail en noir et blanc achevé, appuyé sur une mise en scène variée et dynamique, qui se place au service d’un récit historique, scientifique et politique dans lequel se trouve également une grande humanité ».

« La Bombe » a été choisie par un vote des adhérents de l’ACBD (96 membres actifs) parmi l’ensemble des bandes dessinées réalisées par un auteur ou une autrice québécois.e et publiées entre le 1er juillet 2019 et le 30 juin 2020. Les trois autres ouvrages finalistes étaient « Le Projet Shiatsung » de Brigitte Archambault, « Paul à la maison » de Michel Rabagliati (La Pastèque) et « C’est comme ça que je disparais » de Mirion Malle (Éditions Pow Pow / La Ville brûle). 

Les prix de l’ACBD ont pour ambition de « soutenir et mettre en valeur, dans un esprit de découverte, des livres de bande dessinée, publiés en langue française, à forte exigence narrative et graphique, marquants par leur puissance, leur originalité, la nouveauté de leur propos ou des moyens que les auteurs et autrices y déploient ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

un × 1 =

En lien avec cet article