2005 : L’année de la « mangalisation »

Une année de bandes dessinées sur le territoire francophone européen

par Gilles Ratier, secrétaire général de l’ACBD

  1. « Mangalisation » de la production  : sur les 2701 nouveautés BD de 2005, 1142 titres sont des mangas ou manwhas (BD asiatiques). Au total, si on rajoute les rééditions, les livres d’illustrations et les essais sur la BD, 3600 livres appartenant au monde de la BD ont été publiés sur le territoire francophone européen.
  2. « Mangalisation » de l’édition : 203 éditeurs (ils étaient 207 en 2004) ont publié des BD en 2005 ; plus de 70% des albums ont été édités par seulement 17 d’entre eux et ils sont 25 à avoir publié des BD asiatiques (ils étaient 22 l’an passé).
  3. « Mangalisation » des grosses ventes  : même si le nouveau Astérix (mis en place à 3.178.000 exemplaires) et 77 séries bénéficient d’énormes tirages, les mangas se placent régulièrement parmi les meilleures ventes, tel Naruto dont 6 tomes (tirés entre 70 et 110.000 exemplaires chacun) sont parus en 2005.

  4. « Mangalisation » des métiers de la BD : de plus en plus de dessinateurs ou de scénaristes (ils sont 1322 à vivre de leur métier sur le territoire francophone européen) s’inspirent des codes graphiques et narratifs des mangas.
  5. « Mangalisation » de la culture BD : la respectabilité du 9e art n’est en aucun cas diminuée par l’arrivée des mangas, lesquels ont gagné leurs lettres de noblesse.
  6. « Mangalisation » des médias : de plus en plus de revues et de sites Internet sont consacrés à la BD asiatique et tous les relais d’opinion se sont entichés des mangas.
  7. Annexes téléchargeablesCrédits et remerciements

N.B. : la moindre utilisation de ces données ou d’une partie d’entre elles doit être obligatoirement suivie de la mention : © Gilles Ratier, secrétaire général de l’ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).


I – « MANGALISATION » DE LA PRODUCTION

Sur les 2701 nouveautés BD de 2005, 1142 titres sont des mangas ou manwhas (BD asiatiques). Au total, si on rajoute les rééditions, les livres d’illustrations et les essais sur la BD, 3600 livres appartenant au monde de la BD ont été publiés sur le territoire francophone européen.Le phénomène n’est pas nouveau, mais il n’a jamais pris autant d’ampleur que cette année. Parmi les 2701 nouveautés BD parues en 2005 (2120 l’an dernier), 1142 BD asiatiques ont envahi les librairies francophones et représentent 42,28% du secteur. En 1994, seulement 19 mangas étaient traduits sur le territoire francophone européen, en 2000 il y en avait 227, puis 269 en 2001, 377 en 2002, 521 en 2003 et 754 en 2004, soit une augmentation, pour cette année, de 388 titres (contre 233 et 35,56%, l’an passé). Aujourd’hui, un enfant sur deux (entre 9 et 13 ans) lit des mangas et la France est le 2e marché mondial du genre après le Japon, même si l’avènement du manga aux USA risque de changer la donne. Grâce à la BD d’Extrême-Orient, un lectorat jeune et féminin a été conquis : la structure et le contenu des mangas se révélant très proches des préoccupations d’un public qui s’est habitué à lire de droite à gauche. Les mangas (BD japonaises) et manwhas (195 BD coréennes ont été publiées cette année, contre 137 en 2004) représenteraient 30% du marché des ventes de la BD francophone et donc, l’achat d’une BD sur trois.

 

Plus généralement, c’est toute la BD (expression culturelle très segmentée) qui augmente sa production, continuant à bénéficier d’une grande diversification de son lectorat et d’un profond renouvellement de la création. Cependant, cette inflation de titres diminue la visibilité de six livres sur dix. Parmi les 2701 nouveautés BD, outre la forte poussée des BD asiatiques et des 207 BD américaines publiées en 2005 (soit 7,66% de la production pour 7,68 l’an passé), il faut signaler la hausse du nombre de titres publiés par les éditeurs traditionnels et même par les labels indépendants ou alternatifs, lesquels privilégient les expériences graphiques ou narratives. 877 albums (soit 32,46% du secteur, contre 39,90% en 2004) ont été publiés par les « grands éditeurs » (846 l’an passé) et on peut les répartir en cinq catégories :

  • Humour avec 244 titres contre 230 en 2004 (soit 27,82% contre 27,18% l’an passé)
  • Imaginaire fantastique avec 225 titres contre 220 en 2004 (soit 25,65% contre 26% en 2004)
  • Policier avec 167 titres contre 185 en 2004 (soit 19,04% contre 21,86% l’an passé)
  • Historique avec 166 titres contre 136 en 2004 (soit 18,92% contre 16,07% en 2004)
  • BD pour les tout petits avec 65 titres contre 75 en 2004 (soit 7,41% contre 8,86% en 2004).

Quant aux indépendants, ils ont publié 475 livres (357 l’an passé), soit 17,58% des nouveautés (16,83% en 2004) : mais ils sont, de plus en plus, noyés dans la masse.

À ces 2701 nouveaux albums jamais édités sous cette forme jusqu’à aujourd’hui (soit 75,02% de la production BD annuelle, contre 69,05% en 2004), il faut rajouter 552 rééditions sous une nouvelle présentation ou éditions revues et augmentées, soit 15,33% (contre 610, soit 19,86% de la production en 2004), 258 recueils d’illustrations ou de dessins d’humour, soit 7,16% (contre 254, soit 8,27% de la production en 2004) réalisés par des auteurs de BD et 89 (2,47%) ouvrages sur la BD (contre 86, soit 2,8% de la production en 2004). Nous arrivons ainsi à un total de 3600 livres appartenant au monde de la BD (contre 3070 l’an dernier) : soit une augmentation de 530 titres (contre 544 l’an dernier) et de 14,7% (17,7% en 2004). Ce chiffre est en augmentation pour la 10e année consécutive. En comparaison, 50.000 livres ont été publiés cette année ; la BD représente donc 7,2% (contre 6,14% l’an passé) des livres édités sur le territoire francophone européen et un peu plus de 6,5% du chiffre d’affaires de l’édition.

 

Contrairement à l’industrie du disque qui préfère produire moins mais « cartonner », celle du livre a choisi la diversité de sa production et la BD montre l’exemple. Pourtant, si le 9e art est le secteur le plus dynamique d’un marché du livre plutôt morose, il n’est pas indéfiniment extensible. D’ailleurs, la profession s’interroge sur la surabondance de l’offre, même si cette diversité permet, à l’inverse des craintes, de limiter la casse ! Cependant, les acheteurs de BD concentrent de plus en plus leurs achats sur les valeurs sûres et les libraires, toujours submergés, réalisent des mises en place très faibles sur les albums innovants, mais peu rentables. Enfin, si la « Fête de la BD » (à l’initiative du groupe BD du Syndicat National de l’édition) a essuyé les plâtres pour sa première année, dynamisant quand même les ventes du secteur en juin, c’est surtout la rentrée littéraire (avec ses nombreux « blockbusters ») qui a permis de donner un nouveau souffle aux ventes de BD, avec (ou malgré) les 1124 albums (contre 1045 en 2004) – soit 31,22% de la production annuelle (34,03% en 2004) – parus entre septembre et novembre.


II –
« MANGALISATION » DE L’ÉDITION

203 éditeurs (ils étaient 207 en 2004) ont publié des BD en 2005 ; plus de 70% des albums ont été édités par seulement 17 d’entre eux et ils sont 25 à avoir publié des BD asiatiques (ils étaient 22 l’an passé).Si la profusion des mangas est l’un des principaux facteurs d’augmentation de la production BD, c’est toujours le cercle très fermé des principaux éditeurs qui produit le plus. D’autant plus que ces maisons d’édition possèdent tous des labels « manga », acheteurs de licences. Le groupe Média Participations (avec surtout Kana qui s’impose, depuis cette année, comme le leader des éditeurs de mangas, Dargaud, Le Lombard, et, depuis l’an passé, Dupuis) contrôle 40% du marché de la BD francophone et a publié, en 2005, 417 titres (dont 114 pour Dargaud, 117 pour Kana, 54 pour Le Lombard, 122 pour Dupuis…) contre 363 l’an passé, soit 11,58% de la production BD (11,82% en 2004). Delcourt (avec le rachat récent de Tonkam et ses propres mangas sous le label Akata, ainsi qu’avec un important département jeunesse) a publié 363 titres (145 pour la marque Delcourt, 25 pour Delcourt Jeunesse, 81 pour Akata et 112 pour Tonkam) contre 244 l’an passé, soit 10,08% (11,07% en 2004). Le groupe Glénat (avec Glénat Mangas relégué à la 2ème place des éditeurs de BD asiatiques, alors qu’il en a été longtemps le 1er, Vents d’Ouest et Caravelle) a publié 314 titres (121 pour Glénat, 112 pour Glénat Mangas, 70 pour Vents d’Ouest, 4 pour Caravelle, 7 pour Paris-Bruxelles) contre 287 l’an passé, soit 8,72% (9,34% en 2004). Le groupe Flammarion (avec Sakka qui publie des mangas destinés à un public cultivé, Casterman, Fluide Glacial, Jungle, Librio et J’ai Lu dont le catalogue, en BD, est exclusivement basé sur les mangas) a publié 265 titres (126 pour Casterman, 25 pour Sakka, 33 pour Audie, 20 pour Jungle, 49 pour J’ai Lu, 5 pour Librio) contre 238 l’an passé, soit 7,36% (7,75% en 2004). Les éditions Soleil (avec Soleil Manga, Gochawon consacré aux manwhas, et la résurrection du label Futuropolis détenu à 50% avec Gallimard ; ce dernier avait déjà un pied dans la BD avec Denoël Graphic et lance, sous sa propre marque, Bayou, une collection jeunesse) ont publié 257 titres (195 pour la marque Soleil, 6 pour Futuropolis, 11 pour Gochawon et 45 pour Soleil Manga) contre 207 l’an passé, soit 7,13% (6,74% en 2004). Viennent ensuite le groupe SEEBD (les manwhas ou mangas Saphira, Kabuto, Akiko et Tokébi) avec 233 titres (contre 158 l’an passé) soit 6,47% (5,14% en 2004) ; Panini avec 177 titres (contre 137 l’an passé) soit 4,91% (4,46% en 2004) dont 109 mangas par Génération Comics et 61 comics par Marvel France ; Pika (cet éditeur est à la 3ème place sur le marché des mangas et innove en lançant une série documentaire pour les plus jeunes) avec 120 titres (contre 72 l’an passé) soit 3,33% (2,34% en 2004) ; le groupe Tournon avec 78 titres (28 pour Semic, 40 pour Carabas et 10 pour Kami, nouveau label consacré, également, à la BD japonaise) soit 2,16% (contre 96 titres et 3,12% en 2004) ; Les Humanoïdes associés avec 69 titres (contre 72 l’an passé) soit 1,91% (2,34% en 2004) ; Asuka avec 64 mangas (contre 30 l’an passé) soit 1,77% (0,97% en 2004) ; Albin Michel BD (ou SEFAM) avec 60 titres (contre 62 l’an passé) soit 1,66% (2,01% en 2004) ; Paquet (qui s’essaie depuis cette année aux manwhas) avec 53 titres (contre 38 l’an passé) soit 1,47% (1,23% en 2004) ; le groupe La Martinière avec 52 titres (29 pour EP, 17 pour Le Seuil et 5 pour Petit à petit qu’il vient de racheter) contre 55 l’an passé, soit 1,44% (1,79% en 2004) ; Bamboo avec 51 titres (contre 40 l’an passé) soit 1,41% (1,3% en 2004) ; Taïfu (ex Punch Comics) avec 48 mangas (contre 4 l’an passé) soit 1,33% (0,13% en 2004) ; le groupe Bayard (leader de la BD jeunesse) avec 46 titres (24 pour Bayard, 9 pour Milan et 13 pour Treize Etrange) contre 71 l’an passé, soit 1,27% (2,31% en 2004)…Ces 17 prolifiques éditeurs, ténors du marché (ils étaient 23 l’an passé), réalisent, à eux seuls, plus des 2/3 des activités de la BD et ont publié plus de 70% de la production en titres, ce qui laisse peu de marge de manœuvre aux encore nombreux labels indépendants (Akileos, L’Association, Assor BD, Atrabile, La Boîte à Bulles, La Cafetière, Charrette, Clair de lune, Cornélius, Le Cycliste, Dynamite, FLBLB, FRMK, Grafouniages, Groinge, Hibou anciennement Loup, Joker, JYB Aventures, Mégalithes, Mosquito, Niffle, Nocturne, PLG, Rackham, Les Requins Marteaux, Six pieds sous terre, Tartamudo, Theloma, Triomphe, USA…, ou encore Cornélius, Ego comme X, Le Lézard noir et Vertige Graphic qui publient quelques mangas alternatifs) et aux nouveaux venus : Jouve, Cà et là, Cycliques, Des ronds dans l’eau, Kymera, Pif Editions, Toth, Warum, Wetta ou encore Actes Sud (qui a pris 50% du capital de L’An 2), Hoëbeke, Grasset, M6, Hachette Littératures ou Kurokawa (label manga d’Univers Poche, filiale d’Editis), éditeurs généralistes pourtant bien armés sur le plan diffusion et distribution.


III –
« MANGALISATION » DES GROSSES VENTES

Même si le nouveau Astérix (mis en place à 3.178.000 exemplaires) et 77 séries bénéficient d’énormes tirages, les mangas se placent régulièrement parmi les meilleures ventes, tel Naruto dont six tomes (tirés entre 70 et 110 000 exemplaires chacun) sont parus en 2005.Alors que le tirage moyen baisse toujours et que le taux des retours augmente, la BD reste à l’origine des plus gros succès de l’édition francophone, tous genres confondus. Jamais un livre n’aura été tiré à autant d’exemplaires que le nouveau Astérix d’Albert Uderzo (3.178.000 exemplaires, dont 2.400.000 vendus, soit 75% du tirage initial, en à peine deux mois) ! D’après les chiffres de tirages communiqués par les éditeurs, il y a même eu 77 autres locomotives alors qu’elles n’étaient que 69 en 2004 et 59 en 2003 ! Ainsi, le hors-série Titeuf de Zep (Petite poésie des saisons) et Le petit Spirou de Tome et Janry ont-ils été tirés à 600.000 ex., XIII de Van Hamme et Vance et Largo Winch de Van Hamme et Francq à 500.000 ex., Kid Paddle de Midam et Cédric de Cauvin et Laudec à 400.000 ex., Boule et Bill de Verron (d’après Roba) à 380.000 ex., Le Chat de Geluck à 375.000 ex. et Lanfeust des étoiles d’Arleston et Tarquin à 300.000 ex. Viennent ensuite Spirou de Morvan et Munuera (215.000 ex.), 2 titres des Tuniques bleues de Cauvin et Lambil (200.000 ex. chacun), 2 titres des Profs d’Erroc et Pica, Le Cycle de Cyann de Bourgeon, Trolls de Troy d’Arleston et Mourier, Blacksad de Canales et Guarnido (180.000 ex.), Blueberry de Giraud (170.000 ex.), Les Schtroumpfs du studio Peyo, Yoko Tsuno de Leloup, 2 collectifs MégaTchô (150.000 ex.), Tom-Tom et Nana de Guibert et Desprès (140.000 ex.), Le petit bleu de la côte ouest de Tardi (d’après Manchette), Le Scorpion de Desberg et Marini, L’élève Ducobu de Zidrou et Godi (130.000 ex.), Bételgeuse de Léo (125.000 ex.), Les conquérants de Troy d’Arleston et Tota, Sillage de Morvan et Buchet, Alix de Martin et Morales, Les aventures de Bigard de Clech et Bigard (120.000 ex.), Le Marsupilami de Dugomier et Batem, L’épervier de Pellerin (110.000 ex.), Zidane de Pierret et Venanzi, Caméra Café de Le Bolloc’h, Van Linthout, Didgé et Stibane, Le Vol du Corbeau de Gibrat, I.N.R.I. de Convard, Falque et Wachs, Le Chant des Stryges de Corbeyran et Guérineau, Golden City de Pecqueur et Malfin, Les blagues de Toto de Coppée, Léonard de Bob de Groot et Turk, Lady S. de Van Hamme et Aymond, Le Chat du Rabbin de Sfar, 2 titres du Donjon de Naheulbeuk de Lang et Poinsot (100.000 ex.) et bien d’autres encore…Certains n’ont pas manqué de souligner le rôle envahissant prêté aux personnages japonais dans le dernier Astérix : une parabole qui pourrait être adaptée aux ventes de BD car, si les mangas sont tirés à moins d’exemplaires, les nouveaux tomes des séries se succèdent dans des délais très rapprochés. Ainsi, 6 recueils de Naruto (tirés chacun entre 70.000 et 110.000 ex.) sont parus en 2005, 2 de Gunnm Last Order (70.000 ex. par tomes), 6 de Yu-Gi-Oh !, 3 de Fruits Basket, 3 de Fullmetal Alchemist (60.000 ex. par tomes), 6 de Shaman King (55.000 ex.), 6 de Samouraï deeper Kyo, 2 de Hunter x Hunter, 5 de One Piece (50.000 ex.), 2 de Nana, 5 de Saint Seiya, 5 de Tsubasa, 2 de Negima ! (40.000 ex.), 4 de Rave (35.000 ex.), 6 de Angel Heart, 1 de Monster, 5 de XXX Holic ou de Step up Love Story (30.000 ex.)… : des séries qui concentrent plus de 40% des ventes de mangas. Par contre, parmi les manwhas, seuls Chonchu et Yureka atteignent les 20.000 ex., pour le moment !Bien sûr, ce ne sont que des chiffres de tirage ; mais ils ne sont guère éloignés de ceux des ventes réelles, lesquels seront connus dans les premiers mois de 2006. Cependant, l’écart se creuse, de plus en plus, entre gros tirages et peloton des ventes moyennes (situées, désormais, bien en dessous des 10.000 exemplaires). Si ce sont les indépendants qui souffrent le plus (2005 est même, pour la plupart d’entre eux, une bien mauvaise année), les grands éditeurs sortent leurs épingles du jeu en multipliant de grosses mises en place et en donnant toute liberté aux diffuseurs. Ces derniers, privilégiant la nouveauté, sont aujourd’hui les véritables maîtres du marché. Difficile, dans ces conditions, de valoriser le fonds, lequel est en nette régression. Même si les éditeurs multiplient les rééditions (39 d’entre elles sont des mangas) sous forme d’intégrales (209 titres pour 189 en 2004), d’éditions « new-look » (228 titres pour 223 en 2004) ou de tirages de luxe (75 titres pour 70 en 2004), rien n’y fait ! D’autant plus que la fréquentation des librairies est en chute libre (c’est pourtant dans ces 2000 points de vente que se vendent 80% des albums), que le panier moyen est en baisse et que le marché du livre, en général, a vraiment du mal à décoller !


IV –
« MANGALISATION » DES MÉTIERS DE LA BD

De plus en plus de dessinateurs ou de scénaristes (ils sont 1322 à vivre de leur métier sur le territoire francophone européen) s’inspirent des codes graphiques et narratifs des mangas.Pendant l’année 2005, la profession a appris les regrettables disparitions (rien qu’en Europe francophone) de Pierre Léon Dupuis (prolifique dessinateur impliqué dans la défense syndicale des lois sociales pour les auteurs de BD), Mariel Dauphin (illustratrice à L’Humanité), Georges Bernier (alias Le Professeur Choron, créateur d’Hara-Kiri), Pierre Forget (Thierry de Royaumont), Jean-Claude Glasser (spécialiste des comics strips américains), Jicka (l’un des dessinateurs des Pieds Nickelés), Hoviv (dessinateur de presse), Laurence Harlé (scénariste de Jonathan Cartland et membre fondatrice de l’ACBD), Charlie Schlingo (responsable du journal Gros Dada), Eduardo Teixeira Coelho (dessinateur portugais qui a longtemps travaillé en France pour Vaillant puis Pif Gadget, sous le pseudonyme de Martin Sièvre, avec Ragnar le viking, Robin des Bois…), Paul Deliège (Bobo et Les Krostons), Raymond Maric (dessinateur de Tom & Jerry et l’un des scénaristes des Pieds-Nickelés)… Toutefois, la profusion des albums de BD explique le fait qu’il y ait de plus en plus de personnes qui vivent, plus ou moins bien, de ce mode d’expression. Sans être obligatoirement inscrits comme professionnels, 1322 auteurs ont au moins 3 albums disponibles et un contrat en cours ou travaillent de façon systématique pour la presse. Ils s’assurent donc ainsi un salaire moyen régulier, même s’il s’avère de plus en plus difficile d’exister dans ce marché bien encombré. Parmi ces 1322 auteurs (ils étaient 1298 en 2004) notons que 121 (soit 9,15%) d’entre eux sont des femmes (contre 109, soit 8,39%, en 2004), que 218 (soit 16,49%) sont scénaristes sans être également dessinateurs (contre 206, soit 15,87%, en 2004) et que certains sont aussi coloristes, lettreurs, maquettistes, responsables éditoriaux, traducteurs…

 

Certains de ces auteurs s’inquiètent aussi du succès de ces mangas peu coûteux, car les achats de droits par les éditeurs sont plus rentables qu’un salaire attribué à un auteur. Ils sont, cependant, de plus en plus nombreux à s’inspirer des codes graphiques (grands yeux, dessin stylisé…) et narratifs (peu d’ellipses, ne s’interdire aucun sujet…) des mangas, comme le prouve le nouveau label Cosmo des éditions Dargaud où collaborent auteurs francophones et asiatiques, nombre de séries chez Delcourt (Les Légendaires, Pixie, La Rose écarlate…), chez Glénat, chez Soleil, chez Paquet ou aux Humanoïdes associés. Le catalogue de ces derniers rassemble des graphistes de diverses origines maîtrisant un trait où l’on sent la nette influence des BD asiatiques et américaines : irait-on vers un style universel ? En effet, le territoire francophone n’est pas une exception : c’est toute l’Europe (celle du Nord, de l’Est, l’Italie et l’Espagne qui se sont mis aux mangas humoristiques, genre qui n’a pas encore conquis les lecteurs francophones, etc.) qui s’est laissée séduire par les BD asiatiques. Certains tentent même de trouver des solutions pour freiner cette invasion, privilégiant les expériences avec les USA ou la Chine. Pour le moment, cela n’empêche guère la BD japonaise d’être la plus traduite sur le territoire francophone : sur les 1142 mangas, parus en 2005, 937 viennent du Japon, 195 de la Corée, 9 de Hong-Kong et 1 de Chine.Face au succès des mangas et des manwhas, seuls les très protectionnistes états-Unis réussissent à imposer leurs comics de super-héros car, sur les 2701 nouveautés BD publiées en albums en 2005 (en France, Belgique et Suisse), 207 (163 l’an passé) sont d’origine américaine (soit 5,75% et 5,30%, en 2004). Ce secteur est dominé par le groupe Panini France qui a récupéré les droits d’édition des comics DC (l’éditeur américain de Batman et de Superman) après avoir imposé sa marque en Europe, en s’affirmant comme le leader du marché des comics de super-héros avec l’exclusivité des BD Marvel comme X-Men, Spider-Man ou Fantastic Four. Panini France devient ainsi le plus gros éditeur francophone de BD « made in USA », loin devant ses éventuels concurrents : Semic qui jette l’éponge au niveau de la vente en kiosque, Delcourt déjà propriétaire de la licence Star Wars de chez Dark Horse et qui s’aventure, à nouveau, sur le terrain des magazines vendus en kiosques par le biais de comics issus des catalogues Aspen, Top Cow et TMP (Spawn), ou encore Kymera, USA, Wetta (qui publie aussi des manwhas), Soleil, Akileos et Bamboo qui lance Angle Comics axé sur des comics indépendants destinés aux adolescents. Alors que l’on dénombre aussi 44 BD italiennes (contre 32 en 2004), 15 BD espagnoles (contre 20 en 2004), 10 BD argentines (contre 8 en 2004)…, on obtient, au total, 1470 traductions -tous horizons confondus- (contre 1020 l’an passé), c’est-à-dire 54,42% (48,11% en 2004) des nouveautés.


V –
« MANGALISATION » DE LA CULTURE BD

La respectabilité du 9e art n’est en aucun cas diminuée par l’arrivée des mangas, lesquels ont gagné leurs lettres de noblesse.Quand ils sont arrivés sur le territoire francophone européen sous forme de dessins animés, les mangas ont marqué des générations de téléspectateurs mais ont aussi irrité nombre de parents et de pédagogues. Ce genre si décrié pour sa violence et ses scénarios infantiles a su toucher un public réfractaire à la lecture et est devenu, aujourd’hui, avec le mûrissement du lectorat, très tendance : désormais, les éditeurs proposent les classiques du genre, le cinéma multiplie les adaptations et les journalistes célèbrent, à qui mieux mieux, le génie d’un Osamu Tezuka ou d’un Jirô Taniguchi.Si certains éditeurs entretiennent le patrimoine du 9e art européen ou américain, la plupart privilégient, aujourd’hui, les grands classiques japonais qui n’ont pas encore été traduits en français et les œuvres destinées à un lectorat plus adulte. Ainsi, Glénat propose-t-il la collection « Bunko » qui se veut « La Pléïade » du manga (avec les œuvres de Kazuo Umezu), Asuka, Taïfu, Cornélius, Soleil Mangas, Tonkam  et Delcourt (par le biais de son label Akata) se partagent-ils les inédits d’Osamu Tezuka, Imho nous fait-il découvrir Hideshi Hino et Vertige Graphic a-t-il jeté son dévolu sur Keiji Nakazawa et Yoshihiro Tatsumi… En 2005, l’année des 100 ans de Bécassine ou de Little Nemo et des 50 ans de Ric Hochet, 107 titres datant de plus de 20 ans, inédits ou introuvables, soit 3,96% des nouveautés (contre 70 et 3,30% en 2004), ont été édités en album. Parmi eux, signalons particulièrement quelques joyaux oubliés ou inconnus de Martial (chez ABDL), Cliff Sterett (chez L’An 2), Charles M. Schulz (chez Dargaud), Elzie Segar (chez Denoël Graphic), Jean Teulé (chez Ego comme X), Eu. Gire, René Pellos, Raymond Poïvet, Pierre Le Guen et Roger Lécureux (chez Glénat), Jean Graton (chez Graton), Winsor McCay (chez Horay), Luciano Bottaro (chez Jouve), Ivo Milazzo (chez Ligne d’ombre et Mosquito), Gérald Forton et Yves Duval (chez Hibou), Attilio Michelluzzi, Dino Battaglia et Carlos Gimenez (chez Mosquito), Jack Kirby et Frank Miller (chez Panini), Kline (chez Pif Editions), Raymond Maric (chez Regards), Bob Kane, Joe Shuster et Neal Adams (chez Semic), Jaime Hernandez (au Seuil), Will Eisner et John Buscema (chez Soleil), Dimitri (chez Taupinambour/Le Coffre à BD), Gervy (au Triomphe)…Si les éditeurs de BD tentent de valoriser les classiques, ils essaient de rentabiliser leur fonds avec les droits vendus au cinéma. Malgré des adaptations plus ou moins réussies (Charly avec L’Avion, Le Démon de midi, La Boîte noire, Les Chevaliers du Ciel ou Iznogoud), cette année, le 7e art a surtout été conquis par les comics (Elektra, Batman begins, Les 4 Fantastiques, A History of Violence, Sin City…) et par les mangas (Le Château ambulant, Kié la petite peste, Appleseed…). Notons que la plupart des BD japonaises qui arrivent en Europe ont souvent fait l’objet d’une adaptation en dessin animé et sont déjà connues et appréciées d’un large public : facteur fondamental qui explique, en partie, le succès de la BD asiatique aujourd’hui. Cependant, de nombreux projets francophones sont toujours en cours : Astérix, La bête est morte, Blacksad, Le combat ordinaire, Grand Vampire, Largo Winch, Le Marsupilami, Rahan, Le Messager, Neige, Le Triangle Secret, Lucky Luke, Thorgal… et l’arlésienne Tintin (personnage de BD préféré des Français) par Spielberg ! La BD continue à être un vivier pour les scénarios de films, téléfilms, dessins animés, jeux vidéo ou de société, pièces de théâtre…, et les images BD, s’inspirant de plus en plus du graphisme des mangas, alimentent également nombre de produits dérivés et le secteur publicitaire. On les retrouve dans les 258 recueils d’illustrations publiés 2005, dont 77 dessins d’humour (55 en 2004) et 89 textes illustrés (92 en 2004).

À l’exception de notables programmes sur Arte, France 5 ou Public-Sénat, la télévision reste le seul média qui a encore du mal à admettre la BD comme culture respectable : heureusement, les journalistes sont de plus en plus au fait de la question. Certains, réunis au sein de l’ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée) remettent le Grand Prix de la Critique à un album remarquable paru dans l’année ; en 2005, il a été décerné à Les mauvaises gens d’Étienne Davodeau chez Delcourt. On notera, dans le reste de leur sélection, une mise en avant de quelques mangas ou manwhas remarquables signés Jirô Taniguchi, Osamu Tezuka, Kazuo Umezu, Naoki Urasawa ou Kim Dong Hwa.

> Sélection 2005 de l’ACBD


VI – « MANGALISATION » DES MÉDIAS

De plus en plus de revues et de sites Internet sont consacrés à la BD asiatique et tous les relais d’opinion se sont entichés des mangas.Les mangas possèdent donc, désormais, leurs propres revues de pré-publications : Clamp Anthology, Coyote, D.Mangas, Dragon Ball, Mangas Hits (lancé à 100.000 ex., en partenariat avec M6), Manga Kids, Maniaks ou Tokebi (alors que Shônen, qui était, lui aussi, vendu en librairies, ne paraît plus). Si les magazines critiques ont plus de mal à exister (Le Virus Manga a disparu mais il reste AnimeLand, Mangajima, Mangascope…), le phénomène manga alimente les pages de tous les magazines, qu’ils soient spécialisés ou non. Quant au nombre de véritables magazines de BD, il se stabilise ! Côté comics américains super-héroïques (Spider-Man, X-Men, Batman…), 31 fascicules tirés entre 25 et 35.000 ex. paraissent régulièrement (il y en avait 30 en 2004). Côté BD classiques, 24 revues spécialisées BD (contre 28 en 2004) tentent de reconquérir le réseau presse : Spirou qui accueille un nouveau (et ancien) rédacteur en chef (Patrick Pinchart, lequel avait déjà assumé ces fonctions de 1987 à 1993), Le Journal de Mickey, Picsou Magazine et Super Géant, Mickey Parade, Witch, Kids’ Mania, J’aime la BD !, Capsule Cosmique, Pif Gadget qui s’est doté d’un petit frère (Glop Glop) et qui relance Toutàlire, Bugs Bunny Magazine et Poche, Cap’tain Swing !, Tchô, Lanfeust Mag, Fluide Glacial (qui fête ses 30 ans et s’accorde un nouveau rédac’chef : Thierry Tinlot, l’ancien « boss » de chez Spirou), Psikopat, L’écho des Savanes, Ferraille, Bédé Adult’, Bédé X S.M… Sans oublier l’arrivée de Zap Toon, le magazine des héros télé, mensuel mis en place à 80.000 exemplaires ! Toutefois, 15 revues (contre 12 en 2004) préfèrent la distribution en librairies spécialisées, à l’instar de Bile Noire, La Lunette, Patate Douce, Le Phaco, La Maison qui pue, Choco Creed, Clafoutis, Le Labo, Afro Bulles, Fusée, L’Inédit et Black, ou les récents Mococo, Short, Bonono… D’autre part, de plus en plus de magazines proposent des BD : ainsi 368 albums ont été pré-publiés, soit 13,62% des nouveautés (il y en avait 339, soit 15,99%, en 2004) et le quotidien Libération s’est essayé, cet été, à la vente couplée, proposant un album de BD avec le journal du samedi.

Malgré la disparition de Bédéka et la future reconversion de Bandes Dessinées Magazine (et de son annuel L’Année de la BD), l’actualité de la BD est également bien couverte, comme le prouve l’existence de 4 revues parlant du 9ème art, diffusées dans les kiosques, Relay et Maisons de la Presse : le vétéran BoDoï, Bang ! (le n°1 de la nouvelle formule, co-éditée avec Les Inrockuptibles, était consacré à la BD asiatique), la résurrection de Comic Box (spécialisé dans les super-héros) et BullDozer (qui prend le relais des DBD). Par ailleurs, 14 magazines érudits se vendent en librairies, telles les références que sont Hop ! et Le Collectionneur de Bandes dessinées [CBD] ou les non moins indispensables L’Avis des Bulles, Blam !, Canal BD Magazine (doublé avec Le Magazine Album), Comix Club, L’Inédit, La Lettre, 9e Art, On a marché sur la bulle, Pimpf Mag, PLG, Samizdat ou Scarce. Nous avons aussi relevé 89 livres écrits sur la BD (41 monographies, 24 guides pratiques et 24 ouvrages techniques), dont 17 consacrés à l’art du manga (encore un effet de la « mangalisation » !), outre les nombreux mémoires réalisés par des étudiants.
Cependant, l’intérêt pour l’étude de la BD se retrouve surtout sur 17 des plus importants sites  informatifs et non commerciaux d’Internet, lesquels sont de plus en plus performants et consultés. Il s’agit de bdparadisio.com (360.000 visites par mois), actuabd.com (97.500), bdselection.com (90.000), bulledair.com (70.000), sceneario.com (62.000), auracan.com, bdzoom.com, toutenbd.com (60.000), infosbd.com avec bdzap.com (55.000), bdtresor.net (40.000), labd.cndp.fr (20.000), bdcentral.com (19.800), bdtheque.com (18.000), 1001bd.com, planetebd.com ou encore de l’ensemble constitué du logiciel de gestion de collections de BD bdgest.combedetheque.com avec 456.000 visites par mois ! Des chiffres qu’envient leurs équivalents sur papier ! Si ces différents sites parlent aussi des mangas, d’autres ne se consacrent qu’à la BD asiatique, tels animeland.com, mangajima.com, mangavore.net, manga-news.com, mangaverse.net, webotaku.com, ou encore finalmanga.net, krinein.com, reanimation.com, the-ryoweb.com… Le Net, avec ses « chats », blogs, forums, BD inédites, achats en ligne mais aussi, hélas, ses piratages, est devenu, aujourd’hui, le lieu où la bédéphilie s’exprime le plus : espérons que s’y formeront des lecteurs avec assez d’ouverture d’esprit pour s’intéresser autant aux mangas qu’aux autres formes de littératures, graphiques ou non : ne soyons pas trop inquiets, cela a bien l’air d’en prendre le chemin !

Gilles RATIER
Secrétaire général de l’ACBD


VII – ANNEXESTélécharger au format PDF les annexes du Bilan 2005 :

>  Annexes Bilan ACBD 2005

CRÉDITS ET REMERCIEMENTS La moindre utilisation de ces données ou d’une partie d’entre elles doit être obligatoirement suivie de la mention : © Gilles Ratier, secrétaire général de l’ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée). Merci à Patrick Gaumer, Brieg F. Haslé, Ariel Herbez, Marie-Pierre Larrivé, Denis Plagne, Laurent Turpin et à mes autres collègues de l’ACBD.Merci aux attachés de presse ou responsables éditoriaux qui nous ont communiqué les chiffres des tirages : Sébastien Agogué, Patrick Appel-Muller, Jérôme Aragnou, Agnès Bappel, Marlène Barsotti, Maud Beaumont, Pol Beauté, Arielle Berthoud, élise Brun, Anne Caisson, Paul Carali, Yamila Castro, Sylvie Chabroux, Bénédicte Cluzel, Fred Coconuts, Evelyne Colas, Benjamine des Courtils, Cécile Cuillerier, Loïc Dauvillier, Alain David, Kathy Degreef, Erko, Serge Ewenczyk, Jean-Philippe Garçon, Thierry Groensteen, Anne-Cécile Hautbois, Vincent Henry, Michel Jans, Julie Jonart, Bernard Joubert, José Jover, Emmanuelle Klein, Sabrina Lamotte, Jean-François Lécureux, Claude Lefrancq,  Pierre Léoni, Lise Louvet, Xavier Löwenthal, Philippe Marcel, Benoît Maurer, Philippe Morin, Greg Neyret, Frédéric Niffle, Marie-Paule Noel, Bérengère Orieux, Pierre Paquet, Emmanuelle Philippon, Pibuc, Arnaud Plumeri, Mathieu Poulhalec, Diane Rayer, Géraldine Rémond, Aurore Schmid, Antonin Simon, Mireille Tyckaert, Eric Verhoest, Marie-Thérèse Vieira, Hélène Werlé, Solange Yates. Merci aussi à Catherine Henry pour la partie Internet.